Histoire du Kobudo 28/3/13


Article provenant du site  Aïkibudo.ca


TENSHIN SHODEN KATORI SHINTO RYU
 


1. CONNAISSANCES HISTORIQUES
 
Le fondateur du Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu est Iizasa Choisai Ienao. Il est
né il y a plus de 600 ans (1387-1488), dans le village de Iizasa, situé dans la
préfecture de Chiba, au sud de Tokyo. Sa contribution à la pérennité de la culture
japonaise est indéniable et il a ouvert la voie à plusieurs autres arts martiaux. À
l'époque, il n'existait pas d'école d'arts martiaux mais seulement quelques familles
qui en conservaient la doctrine. Ienao s’exerça depuis l’enfance à manier le sabre et
la lance, pour parvenir à maîtriser les techniques de combat. Au champ de bataille,
il ne cesse de se battre mais jamais ne perd, et bientôt sa réputation dépasse les
limites de sa province.
Un jour qu'il visitait le temple Katori, il fut profondément touché et décida de
s'installer à cet endroit pour y pratiquer et y approfondir les arts martiaux. Puis, à
l'âge de 64 ans, il s'installa près du temple Katori, où est encore érigé un monument
à sa mémoire. Tous les matins, avant le lever du jour, été comme hiver, Ienao
pratiquait l'art du sabre, de la naginata et du yari. Ses exercices se poursuivaient
toute la journée et se terminaient par un bain de purification en eau glacée et des
prières devant le temple Katori. De retour dans sa demeure, il étudiait, jusqu'à
épuisement, des textes religieux et philosophiques. Il poursuivit cette ascèse, dit-on,
durant 1000 jours.
Au cours d'une nuit, le dieu du temple Katori (Futsunushi no o kami) lui apparut en
rêve sous la forme d'un jeune garçon, assis sur la branche d'un vieux prunier, à
l’endroit même où se déroulait la pratique journalière. Le dieu interpella Ienao, lui
demandant de s'approcher afin de lui remettre un rouleau du Heiho shinsho (le
traité divin de la stratégie guerrière), et lui disant : « Chosai, tu seras le
maître des escrimeurs de l’Empire ». Après ces mots, le jeune garçon bondit de
l'arbre et disparut. À son réveil, Ienao était toujours en possession du manuscrit, le
Heiho shinsho, contenant la description de techniques et stratégies martiales. Suite
à cette révélation, Ienao prit le nom de « Choisai » et fonda son école de sabre,
qu’il nomma en utilisant le terme Katori, pour souligner l’apport du dieu du temple
Katori. Afin d'honorer le dieu Futsunushi no o kami, il ajouta également
l’expression Tenshin Shoden (transmis des dieux). Puis il adjoint le mot Shinto, qui
signifie sabre immaculé, désignant ainsi son art comme le Tenshin Shoden Katori
Shinto Ryu.
Il pratiqua avec acharnement pendant plusieurs années encore. À l'âge de 70 ans, il
fut consacré grand professeur de sabre et considéré presqu’à l’égal d’un dieu. Il
fonda une école Son école prospéra et il enseigna à de nombreux disciples. Le
légendaire Miyamoto Musashi lui-même figure dans le registre de l'école. Chosai
Ienao mourut un 15 avril, à l'âge vénérable de 102 ans. Presque tous les arts du
maniement du sabre inventés au milieu de l'ère Ashikaga ont reçu l'influence de son
école. Premier descendant de Morichika, le seigneur de Wakasa, il a bien suivi
l'enseignement de son père. Il excella surtout dans l'art du maniement de la lance.
Depuis lors, ses descendants ont fait de nombreux disciples à travers tout le Japon.
Maître Ienao avait dénommé son école TENSHIN SHODEN KATORI SHINTO
RYU, mais par la suite, d’autres noms servirent à la désigner. Toutefois, en 1940, il
fut décidé de ne plus utiliser que le nom original. Le TENSHIN SHODEN
KATORI SHINTO RYU est un témoignage historique de l’héritage culturel du
Japon. On le désigne souvent par le terme KOBUDO, qui signifie ARTS
MARTIAUX ANCIENS. Il recouvre plusieurs techniques d’armes
japonaises, notamment :
Le KEN JUTSU (techniques de sabre) :
(102 cm)
Bokken (102 cm) et wakisashi (80 cm)
Le IAI JUTSU (l’art de dégainer le sabre et de trancher) :
Le BO JUTSU (techniques de bâton long de 1,8 m) :
Le NAGINATA JUTSU (techniques de fauchard de 2,10 m)

2. GÉNÉALOGIE
 
IizasaChoisai Ienao (1387-1488)
Suivent vingt générations de descendants...
Maître Yoshio Sugino (1904-1999)
Maître Goro Hatakeyama
(Menkyo Kaiden)
Maître Alain Floquet, directeur international
(Menkyo Chuden)
Maître Goro Hatakeyama fut nommé Menkyo Kaiden (le plus haut grade) par Maître Yoshio
Sugino, avec qui il a étudié et dont il fut l’assistant durant plus de vingt-cinq années. Il est la
référence actuelle.
Maître Alain Floquet, le plus ancien disciple non japonais de feu Maître Sugino Yoshio, fut
nommé Menkyo Okuden par Maître Minoru Mochizuki en 1988 et Menkyo Chuden par Maître
Hatakeyama en 1994. Il est l’initiateur du Katori Shinto Ryu au Canada.
Au Québec, des conseillers techniques sont assignés à la section Kobudo. Ils sont responsables de
l’évolution et du développement du Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu au sein de l’AAKQ.
TENSHIN SHODEN KATORI SHINTO RYU
 
3. LES ARMES
 
Anciennement, le Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu était une discipline regroupant plusieurs
arts martiaux. De nos jours, on y pratique surtout le kenjutsu, le bojutsu, le naginatajutsu et le
iaijutsu.
KATANA
Sabre (arme blanche courbe à un seul
tranchant) de plus de 60cm. Il est porté
glissé dans la ceinture, tranchant dirigé
vers le haut. Porté avec un wakizashi, ils
forment le daisho. Le katana est une arme
de taille (dont on utilise le tranchant) et
d'estoc (dont on utilise la pointe).
IAITO
Arme d’entraînement japonaise, qui imite le
katana et permet l’étude du iaido et du
iaijutsu. Les iaito sont faits, pour la plupart,
d’un alliage d’aluminium et de zinc; de
densité plus faible que l’acier du katana. Ils ne
sont pas affutés et peuvent être utilisés pour
l'étude et l'entrainement avec un danger
moindre. Ils ne sont pas adaptés au contact ou
à la ou à la coupe.
BOKTO (ou BOKKEN)
Sabre japonais en bois reprenant la taille,
la forme et la sensation à l'utilisation du
katana. Il sert principalement à
l'entraînement.
BO
Très long bâton (6 pi), en bois ou en bambou.
Le principe de base du bojutsu est d'accroitre
la force délivrée lors d'un coup par une des
extrémités du bâton, grâce au bras de levier,
d'autant plus important que le bâton est long.
NAGINATA
Anciennement, la naginata était un bo
auquel on avait ajouté une lame de katana.
Cette arme était utilisée sur les champs de
bataille pour couper les jarrets des
chevaux. C'était une arme également
efficace dans le combat à mi-distance
contre un guerrier à pied.
YARI, WAKISASHI, DAISHO
Le yari (lance) est une hallebarde de 9 pieds.
Le wakisashi (kodashi) est un sabre court.
Le daisho désigne l’ensemble du katana et du
wakisashi, dérivé des termes daito (sabre
long) et shoto (sabre court).
En temps de paix, le katana et son wakisashi sont installés sur le support, la tsuka vers la gauche. En temps
hostile, la tsuka est dirigée vers la droite, ce qui facilite le dégainage.
TENSHIN SHODEN KATORI SHINTO RYU


4. LES PARTIES DU SABRE
 
 
 
LE KATANA
KASHIRA
Pommeau du sabre
SAGEO
Cordon passant dans le kurigata
NAGAKO-GERI
Extrémité de la soie
MENUKI
Pièce ornementale sur chaque côté
du sabre
KOJIRI
Extrémité du fourreau
MUNE-MACHI
Échancrure séparant la lame
de la soie du côté du dos
SAMEKAWA
Peau de requin ou de raie
recouvrant la poignée
HABAKI
Collier entourant le talon de la
lame
HORIMONO
Motif gravé sur la lame
SEPPA-DAI
Entretoises (cales) situées de
chaque côté de la tsuba
JI
Côté de la lame
MUNE
Dos de la lame
KURIGATA
Attache du sageo sur le fourreau
HI
Gorge des deux côtés de la lame
NAGAKO-GERI
Extrémité de la soie
SAYA
Fourreau
BOSHI
Dessin de la ligne de trempe sur
la pointe
MUNE-MACHI
Échancrure séparant la lame
de la soie du côté du dos
ITOMAKI
Poignée tressée
JIGAME
Partie inférieure de la lame,
sous le shinogi
HORIMONO
Motif gravé sur la lame
MEKUGI
Cheville maintenant la poignée sur
la lame
HA
Tranchant de la lame
MUNE
Dos de la lame
MENUGI ANA
Orifice du menuki dans la soie
HAMON
Dessin de la ligne de trempe
SHINOGI
Arête sur le côté de la
lame
FUCHI
Virole située sur la poignée près de
la lame
HA-MACHI
Échancrure séparant la lame de
la soie du côté du tranchant
SHINOGI-JI
Partie située au-dessus du
shinogi
TSUBA
Poignée du sabre
NAKAGO
Extrémité de la soie
YOKOTE
Ligne située à la pointe et
reliant le shinogi au ha.
KOI-GUCHI
Ouverture du fourreau
MEI
Signature sur la soie du sabre
KISSAKI
Pointe du sabre
MONO UCHI
Tiers de la lame situé vers la
pointe
TENSHIN SHODEN KATORI SHINTO RYU
10
5. CONNAISSANCE DU REI-SHIKI
L’étiquette est indispensable dans tous les arts martiaux. Le pratiquant doit
démontrer le « salut » traditionnel avec le Iaito.
Premier salut (début de l’exercice) :
Partir de la position debout, le talon du pied droit dans l’arche du pied gauche, le
torse légèrement tourné vers la gauche. Dans cette position, le IAITO est tenu à la
verticale en avant du corps, à 45 degrés, la main droite est placée sous la SAYA à
la hauteur de la TSUBA. Le pouce et l’index entourent la TSUBA et les trois autres
doigts entourent la SAYA. La main gauche est placée au niveau du MONO UCHI,
les doigts sont droits et collés. La distance du corps au IAITO est de 10 cm environ.
Avancez de trois pas en débutant par la droite. Le pied droit en avant, déposez le
genou gauche au sol et déplacez légèrement le pied droit vers la droite. Placez le
IAITO horizontalement en avant au niveau des épaules et saluez. Placer le IAITO à
la verticale, le KOJIRI (la pointe du SAYA) au sol. Avec la main gauche, saisissez
la SAGEO et lissez-la jusqu’au bout en gardant l’extrémité dans la main, puis
repliez-la trois fois. Placez la SAGEO regroupée près de la TSUBA et retenez-la
avec les doigts de la main droite. Avec la main gauche, ajustez votre OBI afin de
ménager un espace pour y insérer le IAITO. Le IAITO toujours en position
verticale, saisissez la SAYA au niveau du MONO UCHI avec la main gauche et
guidez le KOJIRI vers le trou préparé dans le OBI. Placez la main gauche au
niveau de la TSUBA, le pouce sur la TSUBA, la main droite revient se placer à plat
sur l’intérieur de la cuisse droite. Amenez la TSUKA au niveau de votre menton
puis étendez le bras vers l’avant et sur votre gauche (le bras doit être complètement
déplié). Ramenez la TSUKA au niveau de votre menton puis étendez votre bras
vers l’avant et sur votre gauche une deuxième fois. Placez le IAITO au niveau
normal (la KASHIRA devrait être devant au centre de votre corps au
niveau du noeud de votre OBI) dans le OBI puis avec la main droite, agrippez la
SAYA au niveau de la TSUBA et saisissez la SAGEO avec la main gauche. Défilez
jusqu’au bout en laissant tomber le cordon entre votre corps et la SAYA. Étant
placé en arrière de la SAYA, agrippez le bout de la SAGEO et placez-le (en avant
gauche) sous votre OBI. Demeurez en position IAI-GOSHI (position basse,
agenouillé et accroupi sur les talons, orteils pliés).
Deuxième salut (fin de l’exercice) :
De la position debout, le talon du pied droit dans l’arche du pied gauche, le torse
légèrement tourné vers la gauche. Détachez le bout de la SAGEO sous votre OBI et
tirez vers votre arrière en le laissant tomber entre la SAYA et votre corps. De votre
main droite, saisissez la SAYA au niveau de la TSUBA et placez votre main
gauche par dessus la SAYA en vous assurant d’avoir la SAGEO entre la SAYA et
votre main. Sortez votre SAYA avec la main droite et laissez-la glisser entre votre
main gauche jusqu’au début du MONO UCHI. À ce point la main gauche se ferme
sur la SAYA et dans cette position, le IAITO est tenu à la verticale en position 45
degrés devant le corps, la main droite sous la SAYA à la hauteur du TSUBA. Le
pouce et l’index entourent la TSUBA et les trois autres entourent la SAYA. La
main gauche au niveau du MONO UCHI, les doigts droits et collés. La distance du
corps au IAITO est de 10 cm environ. Avancez de trois pas en débutant par la
droite. Le pied droit en avant, déposez le genou gauche au sol et déplacez
légèrement le pied droit vers la droite. Placez le IAITO horizontalement en avant
au niveau des épaules et saluez. Replacez le IAITO en position verticale, à 45
degrés, puis relevez-vous. Quittez le tatami en marche arrière, en commençant par
reculer le pied droit.

6. LES KIAI
 
L’école Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu enseigne trois kiai :
AI IA E TO
préparation détermination finale
Kiai est un terme japonais, utilisé dans les budo. Il est composé des kanji
• 気, qui se lit « ki » , et désigne l'énergie interne, l'âme, l'esprit, la volonté…
• 合, qui se lit « ai » (contraction de « awasu »), réunir.
Le kiai est un cri particulier : l'air est bloqué au niveau de la gorge ou de la glotte
par la contraction des muscles. Anatomiquement, ce mouvement, s'il est bien
contrôlé, peut provoquer la contraction simultanée de la plupart des muscles du
torse et de l'abdomen, ce qui peut amortir les coups reçus par le pratiquant. La
maîtrise du kiai, le kiaijutsu, demande une bonne connaissance et un bon contrôle
de l'appareil respiratoire et des muscles de l'abdomen. Le kiaijutsu développe donc
la force, la durée et la maîtrise de la respiration.
(Encyclopédie Wikipedia)


7. LES KAMAE

TERMINOLOGIE – KENJUTSU
 
POSITIONS DE BASE ATTAQUES DE BASE
SEIGAN NO KAMAE TSUKI
MIGI JODAN NO KAMAE MATA ZUKI
HIDARI JODAN NO KAMAE O GAZUMI
MIGI GEDAN NO KAMAE AI GAZUMI
HIDARI GEDAN NOKAMAE AIZUKI
IN NO KAMAE MAKI UCHI MEN
SHA NO KAMAE OMOTE YOKO MEN UCHI
SHIN NO KAMAE URA YOKO MEN UCHI
SUWARI MIGI GEDAN NO KAMAE OMOTE DO UCHI
WAKI TORI OMOTE DO UKE
KOSHI NO KAMAE URA DO UCHI
SHIMESU
KO GASUMI KESA GIRI
TE URA GASUMI KUBI GERI (OMOTE & URA)
TORI (TACHI & SUWARI) KOTE GIRI
SURI GIRI
HANETE OU HANERU ASHI GIRI
KUBI UKE KIRI AGE – KESA AGE
KABUTE FURI OROSHI
HOTSU NO TACHI OKACHI DACHI
TATE JI MONJI KEN OTOSHI
NEVARI TSUKA UCHI
SASU NODO TSUKI
JUJI SUGETSU TSUKI
KEN ET IAI
TATE SHIMONGI (sabre vers le haut)
NE VARI (contrôler le sabre, le neutraliser)
TACHI VARI (prendre le centre)
AI GOSHI (position basse, agenouillé et accroupi sur les talons, orteils pliés.)
HANETE (chasser la lame par en dessous)
 
TERMINOLOGIE – BOJUTSU
 
POSITIONS DE BASE ATTAQUES
MIGI SEIGAN NO KAMAE TSUKI
HIDARI SEIGAN NO KAMAE TSUKI OTOSHI
MIGI CHUDAN NO KAMAE MATA ZUKI
HIDARI CHUDAN NO KAMAE MEN UCHI
YO NO KAMAE URA MEN UCHI
MIGI SUWARI GEDAN NO KAMAE OMOTE YOKO MEN UCHI
HIDARI SUWARI GEDAN NO KAMAE URA YOKO MEN UCHI
SHIGOITE = SHIGO KU OMOTE DO UCHI
JODAN UKERU URA DO UCHI
O SAETE OMOTE SUNE UCHI
HIDARI JORAN NO KAMAE URA SUNE UCHI
HIKI ZUE NO KAMAE IN NO MARU
SHA NO KAMAE SHIMESU
KUBI NO KAMAE O SAETE
TATE BO NO KAMAE MATA ZUKI
TAME TE MATSU (sha vers l'avant) SHIKI ZUE NO BO
GEDAN KAMAE NO BO TATE NAMI NO BO
KAKAMI KAMAE NO BO ABARA
DENKO KAMAE NO BO MATE AGE
IN NO KAMAE NO BO KOMAITE OU OSAETE GURUMA
KOBUTE AI-SUKI (MATA)
BO NO GEDAN
HIKI ASHI
 
TERMINOLOGIE – NAGINATAJUTSU
 
POSITIONS DE BASE ACTIONS OFFENSIVES
SEIGAN NO KAMAE ICHIZUKI
MIGI CHUDAN NO KAMAE MEN UCHI
HIDARI CHUDAN NO KAMAE OMOTE YOKO MEN UCHI
HIDARI GEDAN NO KAMAE URA YOKO MEN UCHI
JODAN UKERU OMOTE DO UCHI
IN NO KAMAE URA DO UCHI
O SAETE OMOTE SUNE UCHI
HIDARI JODAN NO KAMAE URA SUNE UCHI
YAMA MEGURI MATA AGE
SHIMESU
KESA GIRI
KUBI GIRI
KATA GIRI
KOTE GIRI
KOTE AGE
ASHI GIRI
YOKO JUMONGI :
Naginata à l’horizontale, pointe vers l’arrière.
TATE JUMONGI :
Naginata à la verticale.
KIRI AGE
 
8. LES KATA
 
PROGRAMME DES PREMIER ET DEUXIÈME DAN
 
*1er DAN (kirikami shoden)
􀂃 4 Ken (kiri komi, uke dachi)
􀂃 2 Bo (Seri ai no bo, Sune kujiki no bo)
􀂃 6 Iai dont un avec iaito
 
*2e DAN (kirikami chuden)
 
Le programme du 1er Dan, plus :
􀂃 4 Bo (uchi komi et uke dachi) : Sayu no bo, Kasa hazushi no bo, Hane
tsurube no bo, Tate nami no bo
􀂃 Sayu no bo, Kasa hazushi no bo, Hane tsurube no bo, Tate nami no bo
􀂃 Tous les iai Katori (11), dont 4 avec iaito
􀂃 1 Naginata : Itsutsu no naginata (kiri komi)
 
9. LES GRADES
 
TITRES ET GRADES YUDANSHA KOBUDO
TITRES ÉQUIVALENCES
KIRI KAMI SHODEN 1er Dan
KIRI KAMI CHUDEN 2e Dan
MOKUROKU SHODEN 3e Dan
MOKUROKU CHUDEN 4e Dan
MENKYO SHODEN 5-6e Dan
MENKYO CHUDEN 6-7e Dan
MENKYO OKUDEN 7-8e Dan
MENKYO KAIDEN 9-10e Dan
Reconnaissance des compétences et du niveau d’un pratiquant en fonction des
accréditations d’aujourd’hui et des diplômes anciens. Maître Hatakeyama décerne
des titres et des diplômes selon la tradition japonaise d’origine.
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !



Créer un site
Créer un site