LE REISHIKI (SAVOIR VIVRE, SAVOIR FAIRE) 16/11/11


Source : Ômori40  kendo ïaïdo

Le REISHIKI est l'ensemble des règles d'étiquettes et de comportement du Dojo Omori 40, dont une part est commune à tous les arts martiaux.

En entrant dans le dojo et en le quittant, le pratiquant doit saluer debout en direction du SHOMEN.

On dit habituellement "Onegaï shimasu" (prononcer : onégaïshimass ; littéralement : « Je vous fais une requête, s'il vous plaît ») au moment du salut du début du cours et "Arigato gozaïmashita" (prononcer aligatogozaïmachta ; « Merci beaucoup ») en fin de cours. Les pratiquants peuvent aussi s’exprimer en français : « S’il vous plaît » et « Merci beaucoup ».

Le cours commence et se termine par une cérémonie formelle. Il est essentiel d'être à l'heure pour y participer. Celui qui arrive en retard doit attendre sur le côté jusqu'à ce que l'enseignant lui fasse signe de se joindre au cours, sans le perturber.

Dès son entrée dans le dojo, le pratiquant adopte une attitude vigilante et respectueuse du lieu et des personnes.

La façon correcte de s'asseoir est la position seïza. Mais on peut s’asseoir en tailleur ou se tenir debout si des problèmes de santé, ou une trop longue attente l’imposent. On n’allonge jamais les jambes, on ne s’adosse pas au mur ni à un poteau. Le pratiquant doit être disponible à chaque instant.

Il est interdit de quitter l’aire de travail pendant la pratique sauf en cas de blessure ou de malaise. Pour toute autre raison (besoins naturels, soif...) il convient de demander l'autorisation au professeur.

Pendant les explications du professeur, le pratiquant s’asseoit en seïza ou reste debout. Il regarde attentivement, ne fait aucun commentaire et ne pose aucune question.

S’il reste debout pendant une explication, il tient son arme pointe basse, à deux mains ou dans une seule, pointe vers l’arrière.

Après la démonstration, il salue le professeur, puis rejoint son partenaire, salue et commence à travailler.

Si pour une raison ou pour une autre il doit absolument poser une question au professeur, il va vers lui, ne l'appelle jamais : il le salue avec respect et attend qu'il soit disponible. Un salut debout suffit dans ce cas.

En général, mieux vaut attendre que le professeur propose un temps de mondo (question-réponses) pour poser des questions.

Quand le professeur montre un mouvement en particulier pendant le cours, le pratiquant se met à genoux ou se tient debout et regarde attentivement. Il salue le professeur lorsque celui-ci a terminé.

Quand le professeur corrige un autre pratiquant, on peut s’arrêter de travailler pour regarder.

Quand le professeur donne une explication, nul ne doit hésiter à s’approcher de lui pour qu'il n'ait pas à s'égosiller et pour être sûr de bien voir les démonstrations et entendre les explications.

Dès que la fin d’un exercice est annoncée, on arrête immédiatement l’exercice, on salue le partenaire et on dirige l’attention vers le professeur.

Il est important de respecter les pratiquants les plus gradés.

Ne jamais discuter à propos de technique.

Celui qui connaît une technique et qui la travaille avec quelqu'un qui ne la connaît pas peut le guider, à condition de rester discrets et concis. On n'essaye pas de corriger si l’on n’a pas le niveau YUDANSHA (ceinture noire).

On parle le moins possible dans le dojo.

Il est interdit et discourtois de passer par-dessus un sabre posé au sol, de bousculer armes et armures en attente.

Seuls les grands professeurs sont autorisés à passer devant une file d’attente, pendant les périodes de combat. Les pratiquants doivent patienter en attendant leur tour.

Lors des déplacements, pendant les périodes de combat, on ne passe ni devant, ni à travers une file. On passe derrière.

De même, on évite de passer entre deux partenaires qui travaillent ensemble.

Il convient de faire son possible pour respecter l'harmonie du dojo et donner de la plénitude à la pratique.

Source : Ômori40  kendo ïaïdo

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Les maitres d'okinawa aux sources du karate-do

...

Lire cet article

Arts martiaux et Bien-être (documentaire)

...

Lire cet article

Conan and his Sword

Source GOODAIKIDO.COM   How did Conan learn how to use his sword? Conan the barbarian is still one of my favourite sword fighting epic films of all time. I still get the occasional jokes from friends and acquaintances about Conan summoning my name ‘Crom’ the unforgiving god of courage and steel. Besides all the basic plot and story of Conan the barbarian, I always wondered how did Conan learn how to wield his sword. After doing a bit of research I found photos of Conan practising swordsmanship with his Sensei the famous Kiyoshi Yamazaki. Kiyoshi Yama...

Lire cet article

Le Lotus et l'Epée : Le pouvoirs mystérieux des moines Shaolin

Les pouvoirs mystérieux des moines Shaolin... Ce film passionant retrace l'histoire du premier monastère zen, fondé en Chine il y a mille cinq cents ans. Il est aujourd'hui un centre de bouddhisme zen, avec une école de kung-fu réservée aux femmes. Pour la première fois, le monastère de Yongtai ouvre ses portes, et nous révèle l'enseignement et les techniques des nonnes guerrières chinoises, adeptes du kung-fu. Il nous dévoile leurs combats contre les moines, avec en toile de fond, leur soif de re...

Lire cet article

Reportage "Les Samouraïs"

Reportage "Les Samouraïs" diffusé en janvier 2017 sur ARTE   Les techniques de combat et le code d'honneur des samouraïs ont inspiré la littérature et le cinéma. Ce documentaire-fiction révèle la réalité occultée par le mythe. Masa est un jeune paysan recruté de force comme fantassin par Araki, un vieux maître samouraï ruiné. Ce dernier l’initie à l’art du combat avant de l'emmener prendre part au conflit qui, en 1584, oppose les deux plus puissants...

Lire cet article

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Créer un site
Créer un site