Tatsumi-ryû heihô 16/2/11


Article provenant du site Oshinkan

de Simon Pierre Iwao
 
 
1- L’historique de Tatsumi-ryû heihô

 

Tatsumi-ryû fut fondée il y a plus de 400 ans par Tatsumi Sankyô dans ce qui est l’actuelle préfecture de Ehime à Shikoku.

Né dans la période Eishô (1504-1521), Tatsumi Sankyô s'engage très jeune dans une sévère pratique martiale comme tous les fils de guerriers (bushi) de l'époque, et devient chef de guerre. Insatisfait d'une simple compétence technique conduisant à la victoire au combat, il se consacre à la déité Tsumayama Daimyôjin et se soumet à une ascèse physique et spirituelle intense qui lui permet d’atteindre l'illumination (satori). Suite à cette expérience, il crée la tradition martiale Tatsumi-ryû qui s’est perpétuée jusqu'à nos jours.

En 1670, Tatsumi-ryû fut reconnue par le clan Sakura (actuelle préfecture de Chiba) comme style officiel (otome-ryû).

De nos jours Tatsumi-ryû, qui continue a être transmise dans la ville de Sakura de la préfecture de Chiba, a été désignée Trésor Culturel Intangible (mukei bunkazai) de la préfecture de Chiba. Le chef de la tradition martiale, détenteur du titre et garant de la transmission, a lui aussi reçu cette distinction. Lors de cet événement, Kato Takashi sensei (1913-2003), qui a dirigé Tatsumi-ryû pendant de nombreuses années, a été cité publiquement en tant que personne ayant rendu des services méritoires dans le domaine de l’éducation, de la culture et des arts . Son fils et successeur, Kato Hiroshi sensei est l’actuel sôke de cette tradition séculaire.

 

kato_sensei

Tatsumi-ryû heihô (立身流兵法) -Kato sensei père et fils, et Pierre SIMON Iwao - Démonstration à Shiramine-jinja, Kyôto

2- Le cursus de Tatsumi-ryû heihô

 

Le cursus de Tatsumi-ryû comprend l’étude du maniement de nombreuses armes et de techniques martiales. Toutefois, le sabre constitue l’arme centrale de l'école et l’apprentissage de son utilisation en combat mortel (jissen), forme la plus grande partie du curriculum de la tradition. Cette partie, qui s'appelle tôjutsu, peut se diviser en deux parties : le iai et le kenjutsu.

2.1- Le Iai

 

Tatsumi-ryû heihô (立身流兵法) - Iaijutsu - Démonstration a Boso no mura (Japon)

Le iai est la méthode de sabre (tôhô) permettant de contrôler et de vaincre un adversaire à l'instant du dégainage (battô). Il se pratique soit en position à genoux (igumi), soit en position debout (tachi-ai).

Les deux techniques principales du iai de Tatsumi-ryû, mukô et marui, contiennent d'après la tradition, l'essence de l'école.

 

Le iai comprend 3 niveaux

1. niveau Omote: séries Jo, Ha et Kyû
2. niveau Kage : séries Shoden, Honden, Betsuden
3. niveau Zengo Sayû

2.2- Le Kenjustsu

 

Une caractéristique de Tatsumi-ryû est de présenter à la fois un très haut degré d'intégration entre le iai et le kenjutsu, et un nombre relativement peu élevé de techniques pouvant cependant avoir un grand champ d'applications. C’est de cette synergie que naissent les qualités requises pour rendre un système combatif efficace.

Tatsumi-ryû heihô (立身流兵法) - Kato sensei - Série gogo - tsume ai

2.3- Le Yawara

 

Le yawara de Tatsumi-ryû comprend 45 techniques et enseignements incluant des pratiques de combat rapproché sans arme (sude), et des méthodes de contrôle des sabres longs et courts. La plupart des techniques comportent plusieurs variations pour le combat en armure et sans armure.

Tatsumi-ryû heihô (立身流兵法) - Yawara

 

Ces 45 techniques se divisent en 3 parties fonctions de la posture des adversaires :

  • les 2 pratiquants sont à genoux (igumi) ;
  • les 2 pratiquants sont debout (tachi-ai) ;
  • un des pratiquant est debout, l’autre à genoux (kumi-ai)

Ces techniques incluent des immobilisations (gyaku), des frappes (ate), des projections (nage) et des étranglements (shime).
Le yawara comprend aussi des techniques de réanimation (katsu), des techniques de restreinte par ligature (hojôjutsu).

2.4- Les armes secondaires

 

Si le sabre constitue l’arme centrale de l'école, un certain nombre d'armes autres que le sabre sont enseignées, non comme spécialité mais comme opposant potentiel, afin que le pratiquant de Tatsumiryu puisse en connaître les principes et les vaincre. Dans les kata, le sabre gagne toujours.

1. Techniques de lance (yari) : sôjutsu

  • yari awase : yari contre yari (6 techniques)
  • tachi awase : yari contre tachi (4 techniques)
  • kodachi awase : yari contre kodachi (4 techniques)

2. Techniques de bâton (et hanbô) : bôjutsu et hanbôjutsu

  • bôjutsu : bô contre tachi (5 techniques)
  • hanbôjutsu : hanbô contre tachi (3 techniques).

 

Le mesure environ 1m80, le hanbô environ 1m28.


3. Techniques de hallebarde (naginata)

  • naginata contre tachi (3 techniques, chacune comportant 1 technique kage)

4. Techniques de shuriken, manriki kusari, tessen, jutte

  • pour ces armes il n'existe pas de kata mais des conseils d'utilisation

 


3- L’entrainement selon la tradition Tatsumi-ryû heihô

 

3.1- L’entrainement au Iai

 

Outre la répétition des kata, le iai de Tatsumi-ryû propose des cas d'études correspondant à des réponses informelles variées, correspondant à des situations spéciales.


  • Kazunuki

 

Durant cet entraînement spécial, le pratiquant d'un niveau avancé exécute plusieurs milliers de fois les techniques mukô et marui, en présence du sôke (chef d'école). En fonction du niveau du pratiquant, ce dernier exécutera 3000, 5000, ou 10000 techniques mukô et marui. Cet entrainement demande une bonne endurance puisqu’il prend au minimum 8 heures continues pour le premier pallier.

  • Tameshigiri, ou test de capacité udedameshi

 

Cet entraînement à la coupe réelle a pour vocation d’éprouver le tranchant (kire aji) et la résistance (kyôjin) d'une vraie lame, ainsi que la capacité à couper (udedameshi) du pratiquant avancé.

3.2- L’entrainement au Kenjutsu

 

L’entrainement au kenjutsu s’effectue au travers de la pratiques des exercices et kata suivants :

 

Tatsumi-ryû heihô (立身流兵法) - Kenjutsu kage
  • kihon keiko (pratique de base) : keta uchi, mawashi uchi, mawari uchi
  • kenjutsu omote no kata tachi : tachi contre tachi
  • kenjutsu kage : kodachi contre ôdachi (sabre court contre sabre long), le kodachi gagnant.
  • kenjutsu : gogo no kata

Le cursus de kenjutsu comporte un entraînement annexe au travers des séries

  • seiganzume ;
  • teitô ;
  • yoroi dôshi.

Article provenant du site Oshinkan

Écrit par SIMON Pierre Iwao   
Vendredi, 10 Avril 2009 20:36



Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !



Créer un site
Créer un site