Le Japon : soleil aux cent lueurs 26/4/15


source : aujourdhuilaturquie.com


À l’autre bout du monde se cache l’archipel du Japon. Bien gardé pendant des milliers d’années, il a su conserver toutes les richesses de sa culture. Les images que nous voyons dans les journaux ou dans les films ne sont pas à la hauteur de la réalité, ne décrivant en rien l’immensité et la différence de la troisième puissance mondiale.

Tokyo-Odaiba-beach

Aussi dépaysant qu’accueillant, le Japon et ses nombreux visages se livrent à la découverte via le parcours des quatre plus grandes villes d’Honshu, l’île principale. Nous commencerons notre voyage par Kobe, la ville-port, pour ensuite découvrir la dynamique Osaka, avant de poursuivre avec la paisible Kyoto, ancienne capitale impériale riche en traditions, pour enfin terminer en beauté dans la mégalopole de Tokyo.

L’air marin de Kobe

Située sur la ligne du Shinkansen (le train japonais à très grande vitesse) à une heure de Kyoto et à trente minutes d’Osaka, Kobe est très facile d’accès pour la journée ou le week-end. Kobe étant nichée entre les montagnes et la mer, l’air que l’on y respire fait son charme. Considérée comme la porte maritime de la région, surtout pour les premiers échanges avec la Chine, et loin d’être déserte, Kobe est aujourd’hui l’une des villes les plus cosmopolites du Japon et accueille de nombreuses familles d’expatriés. Plus calme et plus paisible que sa voisine Osaka, c’est une ville à taille beaucoup plus modeste et humaine où il fait bon se promener au fil des nombreuses petites rues et arcades. Les alentours de la gare de Sannomiya représentent l’hypercentre de Kobe, quartier vivant regorgeant de boutiques de luxe mais également de petites halles et restaurants. Des restaurants que l’on trouve par centaines dans cette ville bien sûr réputée pour son bœuf exceptionnel, incontournable si vous êtes de passage, mais également pour son quartier chinois, où l’on se restaure pour pas grand-chose dans une ambiance complétement différente d’une rue à l’autre. On peut également y déguster les meilleurs sakés et comprendre leur fabrication au Musée national du saké. Mais le plus agréable à Kobe, c’est la balade du front de mer d’Harbor Land, aussi belle de jour que de nuit avec sa grande roue illuminée. La Kobe Tower offre également un magnifique panorama à 360° sur la ville, le port et la mer ainsi que les montagnes.

Osaka pour la nuit

Osaka-de-nuitÀ l’ouest de Honshu se dresse Osaka, la capitale de la région du Kansai : le cœur culturel et historique de la civilisation japonaise où l’on trouve les plus beaux et les plus anciens temples. Paradoxalement, Osaka présente un autre visage, celui de la ville jeune de la région. Plus dynamique et plus électrique que Kobe, Osaka, c’est l’expérience des buildings et de l’effervescence de Tokyo à taille humaine. Considérée comme un des hauts lieux de la gastronomie japonaise, Osaka vaut également le détour pour les spécialités du Kansai comme lesokonomiyakis, sorte de crêpe salée à base de chou cuite et grillée, ou bien les takoyaki, des boulettes grillées de poulpe. La ville possède également un charme particulier du fait qu’elle est littéralement traversée par l’eau. A la nuit tombée, elle prend un tout autre visage : les rues s’illuminent de nombreux néons et panneaux publicitaires, et les jeunes Osakiens, mais aussi des jeunes de Kobe et même de Kyoto, y viennent pour les bars et les clubs du quartier d’Humeda, réputé pour ses magasins et sa vie nocturne. La rue Dotonbori, où Japonais comme touristes grouillent autour des nombreux restaurants, boutiques et boîtes de nuit, représente sûrement l’hypercentre de l’activité d’Osaka.

Osaka-Dotombori-Arcade

Voyage dans l’histoire à Kyoto

Partir en voyage à Kyoto, c’est Kyoto-Kikaku-jicomme se lancer dans le grand bain de la culture traditionnelle nippone et son raffinement. Cœur et capitale du pays pendant la majeure partie de l’histoire japonaise, Kyoto conserve toutes les représentations des traditions nippones : jardins zen, onsen (termes japonais), temples et sanctuaires, dernières geishas en activité, etc. Aujourd’hui considérée comme une des villes au plus riche patrimoine culturel du monde, Kyoto possède de nombreux points incontournables. Tout d’abord le Kinkaku-ji ou Pavillon d’Or, un des plus célèbres temples bouddhistes du monde, aussi grandiose que clinquant car entièrement recouvert de feuilles d’or. Autre haut lieu de la culture japonaise, le sanctuaire shinto de Fushimi Inari-taisha connu pour son allée de torii (porte en japonais) rouge vermillon qui remonte la colline sur laquelle le sanctuaire est construit, offrant une vue imprenable sur la ville de Kyoto.Kyoto-Gosho

En tant qu’ambassadrice des traditions japonaises, Kyoto renferme également de nombreux palais impériaux comme celui de Gosho, où les cérémonies à l’occasion des nouveaux empereurs du Japon ont toujours lieu. Les temples de Kyoto sont encore plus agréables à visiter au printemps car ils sont presque tous entourés de jardins zen où fleurissent des centaines de cerisiers. Mais Kyoto, c’est également le respect des traditions sociales japonaises : on trouve dans le quartier de Gion les dernières deux cents véritables geishas qu’il reste encore dans le pays. Vous aurez peut-être la chance d’en croiser une ou deux vêtues d’un habit traditionnel en vous baladant la journée dans les petites rues de ce quartier très typique.

Tokyo l’incommensurable

On en parle aujourd’hui comme de la plus grande ville du Tokyo-Shinjukumonde. Tokyo est souvent considérée par les Japonais comme une douzaine de villes en une en raison de l’étendue urbaine qu’elle représente. Surpeuplée certes, mais organisée et hyper moderne, Tokyo est unique et pleine de paradoxes. S’étant depuis toujours développée avec comme ligne directrice le progrès – il aura effectivement fallu contenir l’environnement marécageux originel et s’accommoder des montagnes non loin, mais aussi tout reconstruire après la Seconde Guerre mondiale -, Tokyo incarne aujourd’hui LA ville de la modernité, en parfait antagonisme avec Kyoto. Le quartier de Shibuya et ses célèbres passages piétons représentent laTokyoquintessence de l’image que l’on se fait de la ville : on y reconnaît le décor grandiose et illuminé du Lost in translation de Sofia Coppola, et toute la foule japonaise qui s’élance. Tokyo, c’est aussi de la hauteur et des buildings : le quartier des affaires de Shinjuku est aussi imposant qu’impressionnant. La silhouette de Tokyo, que l’on peut apprécier à 360° du haut de la tour de Tokyo, est reconnaissable de par ses buildings à la forme novatrice. L’architecture du siège du gouvernement métropolitain avec ses deux tours rappelle étrangement une certaine cathédrale Notre-Dame. Les deux immenses immeubles du Park Hyatt Hotel se dressent également au-dessus de tout : n’hésitez pas à faire un détour au 52ème étage pour prendre un verre au Peak Bar de l’hôtel et bénéficier d’une vue époustouflante sur l’étendue de la ville.

Tokyo-New-York-Bar

Tokyo c’est donc la modernité, la technologie et les panneaux lumineux, mais c’est également des temples nichés entre deux buildings à l’image du Senso-ji. Mais tous ces buildings et cette agitation nous font souvent oublier que Tokyo est une ville portuaire aux portes de l’océan : la baie de Tokyo est parfaite pour s’échapper de la cohue de la ville et en admirer la skyline depuis les plages d’Odaiba à la faveur d’une agréable promenade du front de mer. Avec Tokyo, on s’imagine souvent la foule grouiller comme à Istanbul, mais la réalité est bien différente : les villes et les Japonais sont organisés et droits, c’est comme si rien ne dépassait !

Tokyo-Senso-ji

Fascinant, déroutant, frénétique, apaisant… Autant de mots souvent contraires, bien qu’appropriés, pour décrire le Japon et sa diversité. En plus de nous trouver à des milliers de kilomètres de l’archipel, nous et notre culture, qu’elle soit française ou turque, occidentale ou non, sommes également à mille lieux de la culture japonaise. Et c’est dans cette différence que l’on peut appréhender l’influence de la culture dans notre vie de tous les jours : de notre manière de concevoir une ville ou de nous imaginer une journée type, jusqu’à nos relations personnelles aussi bien que professionnelles avec nos semblables ou avec des étrangers, en passant même par notre façon de prendre le métro.

Juliette Vagile

source : aujourdhuilaturquie.com

 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

GEISHA & MAIKO

 

source : click japan.org



La signification du terme « geisha »(??) renvoie à une « personne exerçant les arts ». Leur origine remonte au  XVIIème siècle au moins. Leur fonction n’a d’autre objectif que celui de servir et divertir une clientèle aisée par la conversation, les arts et le jeu. Il est donc établi qu’une « Geisha » ne se livre pas à la prostitution...

Lire cet article

Japon : 2000 ans d'histoire japonaise

...

Lire cet article

La Chine selon Confucius [Documentaire]

...

Lire cet article

À la rencontre du maître ZEN Taishen Deshimaru

...

Lire cet article

La Geisha, discrète gardienne de la tradition japonaise

La Geisha, personnage incontournable de la culture traditionnelle japonaise du XVIIe siècle, intrigue depuis toujours par sa nature ambigüe l’imaginaire occidental... Rencontre avec l'une de ces femmes, Kikumaru. REPORTAGE - Durée: 02:08



...

Lire cet article

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Créer un site
Créer un site