L’âme des samouraïs : l’encyclopédie pour les petits (et pas que !) 1/4/15


source  : journal du japon.com

PAR  · 29 MARS 2015


Il existe des dizaines de livres, films, dessins animés sur les samouraïs, mais en voici un nouveau qui permettra d’apprendre beaucoup sur ces personnages emblématiques du Japon (origines, tenue, code d’honneur, journée type etc.) : l’âme des samouraïs. Pour les petits (et les plus grands), voici une véritable mine d’informations, et des illustrations inspirées des estampes japonaises traditionnelles. Présentation…

Cet ouvrage de  de Géraldine Maincent et Christophe Merlin, aux éditions Actes Sud Junior, est un livre carré et coloré à mettre entre les mains de ceux que les samouraïs fascinent. Il réussit, à travers des textes simples, clairs et captivants, à expliquer l’histoire, la fonction, la philosophie du samouraï. Les illustrations complètent et éclairent les textes afin d’avoir la vision la plus précise possible de chaque élément décrit.

Un peu d’histoire…

Le livre commence avec les fondements du Japon : la légende, qui veut que le Japon ait été créé par Amaterasu, la déesse du soleil ; les îles qui le composent, les séismes qui le parcourent et les caractères (kanji) qui forment le mot Japon ; les premiers peuples qui y ont vécu.

C’est ensuite l’histoire des samouraïs qui est peinte : les paysans qui défendent leur riz, la féodalité qui se met en place, et les 700 ans de pouvoir des samouraïs. Les clans, les rangs dans la société japonaise sont expliqués avec des mots simples, et tout devient très clair : Empereur, shogun, burakumin, mais aussi daimyo et rônin ne sont plus des mots inconnus et compliqués.

samourais_page_1

Les grandes batailles qui jalonnent l’histoire des samouraïs sont décrites en quelques phrases et la fin de leur règne est expliquée, les causes clairement présentées.

Ce livre est donc très loin des livres d’histoire parfois ennuyeux ou compliqués. L’essentiel est dit de façon simple et vivante.

Le quotidien du samouraï

Un gros travail est fait là encore pour expliquer la vie d’un samouraï. Ainsi son « look » est détaillé, du chignon à l’habit.

Les armes et l’armure sont décrites : taille, fonction, façon de porter. Un zoom est également fait sur le sabre : comment il était fabriqué (une fabrication très longue et très technique), les deux sabres différents que portait le samouraï (un court et un long), l’art de le porter, de le manier, de le déposer. Les dessins très travaillés montrent tous les détails cités dans le texte. Le combat, très codifié, est découpé en séquences pour que le jeune lecteur visualise chaque étape.

SamuraI_HD_p45_Le lecteur découvre aussi le lieu de vie du samouraï, ce qu’il fait quand il est chez lui (avec une « journée type » déroulée heure par heure, du lever au coucher), les arts qu’il pratique, les loisirs, le rôle des épouses.

Une philosophie

Le livre réussit même la prouesse d’expliquer le Bushido, la Voie du guerrier, faite de sagesse, courage, sincérité, mais aussi du renoncement au confort et à la sécurité. L’honneur passe avant tout, et il faut préférer la mort à la défaite (un paragraphe est consacré au seppuku, le suicide rituel).

Une double page, sur fond de branche de cerisier en fleur, est consacrée aux sept vertus du samouraï : courage, justesse, bienveillance, respect, sincérité, honneur, loyauté.

À la fin du livre, il est question de l’héritage des samouraïs dans la culture japonaise contemporaine : la fête des cerisiers en fleur (hanami), les arts martiaux, le chanbara (films de sabre), des règles de vie quotidienne (à la maison, à l’école, en entreprise).

Des illustrations entre estampe et manga

Samuraï p51  copieLa réussite d’un tel ouvrage tient à l’équilibre texte/illustration parfaitement maîtrisé.

Les illustrations ont de l’espace pour s’exprimer : une page d’un texte aéré fait face à une page d’illustration.

Les couleurs et les traits s’inspirent des estampes japonaises traditionnelles, même si les traits noirs sont plus épais, plus appuyés que dans les estampes. Les scènes de vies extérieures ou intérieures sont très réussies : sens du détail dans les tenues (les plis et les motifs des tissus), la végétation. Les intérieurs japonais sont fidèlement peints : shoji, tatami, lanterne. Ce sens du détail et du réalisme est très précieux pour apprécier par exemple la complexité des armures.

Dans d’autres pages, les personnages sont très vivants, en pleine action, et le dessin prend alors des allures de manga.

Un livre indispensable dans la bibliothèque des petits et grands !

SamuraÏ p47

 

L’âme des samouraïs de Géraldine Maincent et Christophe Merlin aux éditions Actes Sud Junior (15,90 euros). Plus d’informations sur le site de l’éditeur.
source  : journal du japon.com

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

GEISHA & MAIKO

  source : click japan.org La signification du terme « geisha »(??) renvoie à une « personne exerçant les arts ». Leur origine remonte au  XVIIème siècle au moins. Leur fonction n’a d’autre objectif que celui de servir et divertir une clientèle aisée par la conversation, les arts et le jeu. Il est donc établi qu’une « Geisha » ne se livre pas à la prostitution. On estime au jour d'aujourd'hui l...

Lire cet article

Japon : 2000 ans d'histoire japonaise

...

Lire cet article

La Chine selon Confucius [Documentaire]

...

Lire cet article

À la rencontre du maître ZEN Taishen Deshimaru

...

Lire cet article

La Geisha, discrète gardienne de la tradition japonaise

La Geisha, personnage incontournable de la culture traditionnelle japonaise du XVIIe siècle, intrigue depuis toujours par sa nature ambigüe l’imaginaire occidental... Rencontre avec l'une de ces femmes, Kikumaru. REPORTAGE - Durée: 02:08...

Lire cet article

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Créer un site
Créer un site