Ran 26/6/13





source :film blog le monde.fr

La force de Ran réside dans sa réflexion sur la guerre et dans sa brillante mise en scène presque onirique. Un seigneur sanguinaire veut partager son fief entre ses trois fils pour vivre une fin de vie heureuse. La soif de pouvoir, les complots, les divergences divisent les fils qui n'ont dès lors de cesse de s’entretuer et s’éliminer. Kurosawa se sert avant tout des images pour montrer comment une dynastie familiale peut sombrer dans le chaos et comment le désir de puissance peut pervertir les êtres humains. Le rouge, le jaune et le bleu des troupes de chacun des trois fils parsèment d’immenses paysages perdus. Les décors et la mise en place des batailles sont sompteux tant par leur graphisme que par le mouvement des soldats sur leurs chevaux. Kurosawa se permet d’éliminer les cris de la guerre pour les remplacer parfois par une musique presque contemporaine. La couleur du sang, la fumée et la brume envahissent le champ visuel qui devient baroque et fait penser à certains tableaux de Goya.
Note : 4 étoiles


L’intrigue de Ran est directement inspirée du Roi Lear de Shakespeare. Dans le Japon du XVIe siècle, un puissant seigneur qui a bâti son vaste domaine à coups de guerres sanglantes, décide de le léguer à ses trois fils. L’un d’eux refuse ce partage et est banni. Kurosawa ne cherche pas à faire une transposition fidèle, il désire plutôt faire une fable sur le pouvoir, la guerre, la culpabilité. A cause de sa folie destructrice, l’homme est ici le principal moteur de sa perte. Ran est un mot qui désigne le chaos. Le déroulement de l’histoire en elle-même est parfois un peu confus, il faut bien suivre pour ne pas s’y perdre.Ran s’inscrit dans la dernière partie de la filmographie de Kurosawa, juste après Kagemusha. Tous deux sont des films grandioses par leur mise en scène, avec notamment des scènes de guerre superbes dans ses mouvements de centaines voire de milliers de cavaliers et fantassins, mouvements et déplacements rendus encore plus majestueux et graphiques par les fanions colorés derrière chaque soldat. Cet aspect monumental est assez spectaculaire, peut-être pourrait-on dire un peu trop, mais dans le grandiose, le cinéma de Kurosawa reste majestueux et peu de cinéastes parviennent ainsi à faire fusionner totalement un propos terriblement sombre, presque apocalyptique avec une beauté quasi picturale des images.
Note : 4 étoiles

Acteurs: Tatsuya NakadaiAkira TeraoJinpachi NezuDaisuke RyuMieko Harada
Voir la fiche du film et la filmographie de Akira Kurosawa sur le site IMDB.

source :film blog le monde.fr

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

GEISHA & MAIKO

  source : click japan.org La signification du terme « geisha »(??) renvoie à une « personne exerçant les arts ». Leur origine remonte au  XVIIème siècle au moins. Leur fonction n’a d’autre objectif que celui de servir et divertir une clientèle aisée par la conversation, les arts et le jeu. Il est donc établi qu’une « Geisha » ne se livre pas à la prostitution. On estime au jour d'aujourd'hui l...

Lire cet article

Japon : 2000 ans d'histoire japonaise

...

Lire cet article

La Chine selon Confucius [Documentaire]

...

Lire cet article

À la rencontre du maître ZEN Taishen Deshimaru

...

Lire cet article

La Geisha, discrète gardienne de la tradition japonaise

La Geisha, personnage incontournable de la culture traditionnelle japonaise du XVIIe siècle, intrigue depuis toujours par sa nature ambigüe l’imaginaire occidental... Rencontre avec l'une de ces femmes, Kikumaru. REPORTAGE - Durée: 02:08...

Lire cet article

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Créer un site
Créer un site