Le parc Japonais de Maulévrier 7/5/13





Descriptif  : source Comité des Parcs et jardins de France (http://www.parcsetjardins.fr)


La végétation est riche de plus de 300 espèces de végétaux d'essence exotique (le parc est aussi le 3ème arboretum des Pays de Loire), dont certains sont travaillés à la manière des paysagistes japonais. On découvre ainsi au cours de la promenade la taille en transparence, en plateaux, en moutonnement. Le parc est également agrémenté de constructions japonaises et orientales : temple, pagode, pont rouge, lanternes, embarcadère, etc… dont certaines proviennent de l'Exposition Universelle de 1900 à Paris pour laquelle avait participé Alexandre MARCEL.
On y découvre aussi une exposition permanente de bonsaï et de céramiques d'inspiration orientale en complément de la visite du jardin.



Le Parc Oriental de Maulévrier est reconnu comme étant aujourd'hui le plus grand jardin japonais d'Europe.
Créé au début du siècle par Alexandre MARCEL, célèbre architecte parisien, ce jardin a été laissé à l'abandon pendant 40 années, entre 1940 et 1980. Réaménagé et restauré entièrement depuis, le parc a repris aujourd'hui toute sa splendeur d'autrefois

Symbolime du parc (source Parc oriental.com)



La conception du jardin

Le style du jardin s'apparente aux grands parcs de promenade de la période EDO (XVIème siècle). La conception du jardin est basée sur 4 grands principes :

  • L'eau est l'élément principal de la conception puisqu'elle occupe environ 3/10ème de la surface paysagée,
  • Une circulation d'eau doit traverser le jardin d'est en ouest : telle est l'orientation du cours de la rivière « la Moine » dans le parc,
  • La pièce d'eau est considérée comme le « cœur » du jardin. Elle est située au milieu du parc, c'est l'endroit le plus travaillé et le plus sensible,
  • 2 îles sont situées sur la pièce d'eau, ce sont les îles du paradis, ou îles des êtres immortels, appelées île de la grue et île de la tortue.

 

Un jardin de transformation, horloge des saisons et de la vie

La circulation d’eau est orientée d’est en ouest : elle symbolise la course du soleil mais aussi la vie d’un homme, de la naissance à la mort, et, entre ses deux périodes, les nombreuses transformations et évolutions que peuvent subir tous les éléments et les êtres vivants (végétaux, eau, hommes).
Le cours d’eau qui traverse le jardin de la Pagode peut être comparé au cycle de la vie : chaque étape de ce cours d’eau évoque une période particulière, et son symbolisme (ex : l’étendue du lac représente la vieillesse et la retraite, une période faite de sagesse, de sérénité, de connaissances et d’expérience).
La végétation est riche d’environ 400 espèces, composée de plantes à la floraison printanière, à floraison estivale ou prenant des couleurs intéressantes à l’automne, et de persistants. De cette manière, toutes les saisons sont marquées et l’on note au fil de l’année une « transformation du jardin » qui symbolise les différentes étapes de la vie (ex : la floraison et le développement des végétaux au printemps représente la naissance et la jeunesse).

 

Arbre persistant taill�

Un jardin chargé de symboles

Certains éléments présents dans le parc sont typiques des jardins japonais, et ont un symbole très marqué. Quelques exemples :
  • La couleur rouge du pont et du torii, situé sur l’île de la grue, signale l’importance et le caractère sacré de ce lieu
  • Le nom donnés aux îles du paradis, île de la grue et île de la tortue, représente le principe du yin et du yang, une harmonie entre 2 êtres opposés
Si les éléments khmers, apportés par Alexandre Marcel suite à l’exposition universelle de 1900, ne sont pas typiquement japonais, ils renforcent l’exotisme et le symbolisme du jardin.

SOURCE (source Parc oriental.com) ET (http://www.parcsetjardins.fr)

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

GEISHA & MAIKO

 

source : click japan.org



La signification du terme « geisha »(??) renvoie à une « personne exerçant les arts ». Leur origine remonte au  XVIIème siècle au moins. Leur fonction n’a d’autre objectif que celui de servir et divertir une clientèle aisée par la conversation, les arts et le jeu. Il est donc établi qu’une « Geisha » ne se livre pas à la prostitution...

Lire cet article

Japon : 2000 ans d'histoire japonaise

...

Lire cet article

La Chine selon Confucius [Documentaire]

...

Lire cet article

À la rencontre du maître ZEN Taishen Deshimaru

...

Lire cet article

La Geisha, discrète gardienne de la tradition japonaise

La Geisha, personnage incontournable de la culture traditionnelle japonaise du XVIIe siècle, intrigue depuis toujours par sa nature ambigüe l’imaginaire occidental... Rencontre avec l'une de ces femmes, Kikumaru. REPORTAGE - Durée: 02:08



...

Lire cet article

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Créer un site
Créer un site