Appel à la beauté et à la spiritualité: le bonsaï 13/12/11


Article provenant du site Maison.com

Petit arbre cultivé dans un pot ou une coupe depuis le IIIème siècle en Chine, le bonsaï apporterait la spiritualité à son bonsaï-ka. Il est à la mode depuis 1900 et compte beaucoup de passionnés. Quelle est son histoire ?

 
Pin noir japonais que vous pourrez admirer, aux côtés de ses congénères au Parc Floral du Bois de Vincennes à Paris.
 

De tradition chinoise le bonsaï, « Paysage en pot » ou « plante dans un pot » (appelé au début « penjing» puis « penzaï ») est un arbre miniaturisé par des techniques de taille, de ligaturage et de modelage des branches, du tronc et des racines particulières. Cultivés dans un but esthétique, les bonsaïs deviennent vite des objets d’art qui reflètent la grandeur et permettent la liberté créatrice de son possesseur.

Une création seulement artificielle le bonsaï ? Non, car il pousse aussi en milieu naturel. Le climat rude de haute montagne (froid intense, vent violent et chutes de neige), forme des arbres plus petits que la moyenne. Certains sont donc prélevés directement dans la nature et plantés dans un pot pour être cultivés. Evocation en miniature de la puissance de l’arbre, il renvoie à son essence et à sa puissance. La nature est l’inspiration directe de la culture du bonsaï.

Au Moyen-âge, il était très prisé par les hautes classes de la société. Raffinement poussé à l’extrême, le bonsaï était cultivé dans ses différents styles (droit, penché et balayé par le vent, aux racines apparentes, poussant sur des rochers…) dans des vases en céramique. Biens précieux, ils se transmettaient de génération en génération, certains pouvant être centenaires. Le record du plus vieux bonsaï est de 1500 ans pour un Pinus Parviflora exposé au Takagi Bonsai Museum de Tokyo. Vous trouverez aussi au Parc Floral du Bois de Vincennes un bonsaï datant de 1786 ! C’est surtout avec le bouddhisme zen que se développe l’art du bonsaï. Celui-ci apporterait la spiritualité à qui le cultive, les différents éléments le constituant symbolisent des forces de la nature. En effet, l’eau et la terre représenteraient la vie, la roche, la force et l’arbre en lui-même la vie éternelle.

Depuis la Chine, le bonsaï s’exporta au Japon au IX et Xème siècle environ. On dit, parmi les légendes orientales, qu’un moine bouddhiste offrit en cadeau un bonsaï à un japonais, ou qu’un fonctionnaire japonais fuyant la domination mandchoue en 1644 emporta sa collection de bonsaï avec lui, et initia quelques japonais à cette forme d’art. Ce sont surtout les marchands et ministres japonais qui en ramenèrent de leurs voyages. Conifères et arbrisseaux devinrent de grandes créations au XVIIème siècle. L’art du bonsaï commença alors à se faire plus populaire.

Après la chute de l’empire féodal  en 1868, le Japon s’ouvre à l’Occident et la mode de l’exotisme se répand en Europe. Des voyageurs et grands collectionneurs rapportent du Japon des bonsaï et c’est ainsi qu’ils sont véritablement présentés au public, lors de l’Exposition Universelle à Paris de 1878.

Devenant un véritable art au Japon en 1934, une exposition annuelle de bonsaï se déroule, depuis la première organisée à Tokyo en 1914, au Musée d’Art de la capitale.

 

Jardin de bonsaï invitant à la contemplation.
Afficher la galerie
 
Jardin de bonsaï invitant à la contemplation.
©Maxime Topin
 

 

Vous en trouverez des petits comme des grands (3 grandes catégories qui se caractérisent par le nombre de mains nécessaires à porter les pots), d’intérieur comme d’extérieur et de toute espèce, les plus classiques étant les pins noirs japonais, les pins à 5 aiguilles, les genévriers, les ginkgos, les ormes de Chine et les érables japonais. Fuyez les « Mall-saï », comme les appellent les anglo-saxons, c’est-à-dire les bonsaï de supermarché, et préférez les bonsaï élevés en pépinière et ceux vendu dans des magasins spécialisés. Devenu affaire de business et vraie mode, le bonsaï doit être, comme toute plante, de qualité pour pouvoir se développer correctement. Tout un esprit d’harmonie et de beauté entre en compétition.

Symbole d’endurance et de longévité, le bonsaï, cet art du raffinement qui demande patience et soin méticuleux (articles de Ferme de Gally : « Bonsaïs, facile d’entretien » ; « Quel cadeau pour quel jardinier ? »), étonne et ravit chaque jour de la vie.

Pour choisir votre bonsaï (article de Ferme de Gally : « Bonsaï : savoir choisir »).

 

Article provenant du site Maison.com


Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

GEISHA & MAIKO

  source : click japan.org La signification du terme « geisha »(??) renvoie à une « personne exerçant les arts ». Leur origine remonte au  XVIIème siècle au moins. Leur fonction n’a d’autre objectif que celui de servir et divertir une clientèle aisée par la conversation, les arts et le jeu. Il est donc établi qu’une « Geisha » ne se livre pas à la prostitution. On estime au jour d'aujourd'hui l...

Lire cet article

Japon : 2000 ans d'histoire japonaise

...

Lire cet article

La Chine selon Confucius [Documentaire]

...

Lire cet article

À la rencontre du maître ZEN Taishen Deshimaru

...

Lire cet article

La Geisha, discrète gardienne de la tradition japonaise

La Geisha, personnage incontournable de la culture traditionnelle japonaise du XVIIe siècle, intrigue depuis toujours par sa nature ambigüe l’imaginaire occidental... Rencontre avec l'une de ces femmes, Kikumaru. REPORTAGE - Durée: 02:08...

Lire cet article

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Créer un site
Créer un site