Brève histoire de l'estampe japonaise (rediffusion) 12/8/15


Rediffusion des articles les plus populaires, durant les vacances 2015 (première parution 22/09/2014)





Brève histoire 
de l'estampe japonaise 
du 17ème au 20ème siècle, 
de l'Ukiyo-e au Shin hanga





SOURCE ARTMEMO.FR

Katsuyuki Nishijima (né en 1945) 
Nuages de l'est


I Technique de l'estampe japonaise
L'estampe japonaise est toujours réalisée à partir de blocs de bois gravés.
La technique de l'estampe japonaise s'appelle donc " gravure sur bois " ou " xylographie ". 


Un processus en 4 étapes

La réalisation d'une estampe japonaise nécessite l'union de 4 talents :

Celui du dessinateur : au temps de l'estampe traditionnelle, il trace un dessin au trait noir sur papier blanc et donne seulement des indications de couleur à l'imprimeur. 
Au 20ème siècle, il peint une aquarelle. Puis il la donne au graveur et à l'imprimeur. Mais c'est le nom du dessinateur que l'histoire de l'art retient (ex : Utamaro, Hokusai, Hiroshige...). 

Celui du graveur : il grave, sculpte plutôt, les blocs de bois, un bois par couleur et un supplémentaire pour le trait de contour.


Hiroshige Utagawa
(1797-1858) 
La carpe



Celui de l'imprimeur : il applique les couleurs sur les blocs et applique le papier successivement sur chaque bloc. C'est lui qui réalise les dégradés de couleurs particulièrement virtuoses dans l'estampe Shin hanga. On les appelle les "bokashi".

Celui de l'éditeur : il est le "chef d'orchestre". Il découvre les dessinateurs, graveurs, imprimeurs de talent, les met sous contrat et les réunit pour produire une oeuvre gravée. Son nom nous est connu seulement quand il s'agit de pièces de grands dessinateurs 
(ex : Tsutaya, éditeur d'Utamaro).
A l'heure actuelle, le procédé de réalisation de l'estampe est resté artisanal, tel que décrit ci-dessus. 
Mais le 20ème siècle a vu la naissance d'un courant où l'artiste dessinateur grave et imprime lui-même ses estampes. Ce courant s'appelle le Sosaku-Hanga("Gravure créative").
 
II Du 17ème au 20ème siècle : trois générations d'artistes

A) 1ère génération de l'estampe japonaise : pendant la période EDO (1600 - 1868) 

Utamaro, Hokusai, Hiroshige : les étoiles de l'estampe Ukiyo-e


Hasui Kawase (1883-1957) 
Le temple Nobidome 1953




EDO est le nom de la capitale du Japon, actuelle Tokyo. Le gouvernement féodal des shogun de la famille Tokugawa y est installé. Il pratique à partir de 1640 une politique de fermeture totale du pays. La loi interdit aux japonais de quitter le pays sous peine de mort et interdit aux étrangers d'y entrer. 

Pendant cette période, deux types d'œuvres graphiques cohabitent et s'opposent : 
- la peinture traditionnelle poétique, héroïque ou religieuse appréciée par l'aristocratie;
- l'estampe, art de feuilles volantes, considérée comme vulgaire et dont raffole la bourgeoisie commerçante.

L'estampe représente des scènes de la vie quotidienne du quartier des plaisirs de Tokyo : portraits de geisha, portraits de courtisanes et de comédiens chezUtamaro et Sharaku. 
Puis elle s'attache aux paysages avec Hokusai et Hiroshige.
(NB : GEI "art" et SHA "personne" ou "pratiquant". On peut traduire "geisha" par "personne qui pratique les arts")

"Ukiyo-e" ou " image du monde flottant " est le nom que prend l'estampe pendant cette période. On considère en général que l'âge d'or de l'estampe Ukiyo-e est la période comprise entre 1760 et 1810.
 
B) 2ème génération de l'estampe japonaise : sous l'ère Meiji (1868- 1912)

L'estampe Ukiyo-e évolue avec l'ouverture du Japon au monde occidental. 


Kiyochika Kobayashi(1847-1915)
La maison près du lac 
Edité par Shima Art Company 
vers 1930


Le Japon s'ouvre après 2 siècles de fermeture totale, contraint et forcé par les américains. 
Les États-Unis envoient une flotte armée en 1853 et 1854 pour obliger le shogun à abandonner sa politique de fermeture. Le pays s'ouvre aux étrangers avec la signature de traités de commerce.

Il s'en suit l'extraordinaire révolution Meiji, unique en Asie. Le Japon bâtit un Etat fort et s'occidentalise pour ne pas être absorbé par l'occident. "Nous avons le choix entre être à la table des grands ou faire partie du menu " dit un homme politique japonais de cette époque.
L'estampe évolue et s'occidentalise aussi. On lui donne le nom d'estampe Meiji.
Kiyochika Kobayashi (1847-1915) est l'un des artistes qui incarne le mieux cette époque. Il a étudié la photographie et la peinture à l'huile. Il mélange les techniques de représentation occidentales avec celles de l'ukiyo-e. 

Puis avec l'occidentalisation frénétique du Japon à partir des années 1870,l'estampe traditionnelle japonaise Ukiyo-e se démode. La concurrence de laphotographie la rend désuète. La génération des grands dessinateurs n'est pas renouvelée.
 
C) 3ème génération de l'estampe japonaise : le style 
SHIN HANGA ("Nouvelles gravures") 1910-1960

L'estampe du 20ème siècle : un art renouvelé

Après la révolution Meiji, les japonais n'ont d'yeux que pour ce qui vient d'occident. L'estampe n'a aucune chance face à l'usage de la photographie en plein développement. Les temps deviennent difficiles pour les artistes dessinateurs dès la fin du 19ème siècle.



Hasui Kawase (1883-1957)
Neige au sanctuaire de Ueno Toshogu 1929



Un jeune éditeur initie la nouvelle estampe

Vers 1905, un jeune homme de 20 ans, Shozaburo Watanabe a une idée de génie. 
D'abord il constate l'existence d'une demande importante aux U.S.A. et en Europe pour l'estampe japonaise.
Dans le même temps il se rend compte que des artistes et des artisans virtuoses gâchent leur talent ou meurent de faim. 

Son idée est la suivante : pourquoi ne pas essayer de créer un nouveau styled'images japonaises pour satisfaire la demande ? Il décide alors de devenir éditeur et marchand de "nouvelles estampes".

Il va recruter des artistes et des artisans (graveurs et imprimeurs) et les faire travailler selon sa ligne artistique. 
Les thèmes qu'il favorise sont ceux de l'Ukiyo-e mais les estampes sont dessinées avec une sensibilité moderne d'esprit occidental.

Il a fait du marketing avant l'heure car :
- bien qu'il n'ait jamais quitté le Japon de toute sa vie, il sait ce qui peut plaire aux collectionneurs américains et européens;
- les estampes dont il initie la création sont dessinées en fonction de ce que désire recevoir le marché : une vision romantique du Japon qui a cessé d'exister à la fin de la période EDO en 1868 et qui fait rêver les étrangers. 

Watanabe utilisera le terme de "Shin hanga" ("Nouvelle Gravure") en 1921 afin de mettre l'accent sur le renouvellement de style que proposent ses estampes.


Shiro Kasamatsu (1898-1992)> 
Bambous en été 1954<
<


L'estampe Shin hanga avec la touche Watanabe 

Les sujets rappellent les thèmes de l'ukiyo-e : de belles femmes, des portraits d'acteurs, des fleurs et des animaux, des paysages ruraux ou urbains. 
Les estampes sont composées en utilisant les techniques de représentation del'art occidental : perfection de la perspective, dégradés de couleurs très élaborés, utilisation du clair-obscur… 

Watanabe donne naissance à un véritable mouvement artistique entraînant de nombreux artistes japonais dans son sillage qu'il recrute comme un chasseur de tête.
Il va aussi faire travailler des artistes étrangers qui vont se plier avec enthousiasme aux contraintes techniques de l'estampe japonaise, tels Fritz Capelari (autrichien) ou Elisabeth Keith (écossaise). 
Son entreprise est un immense succès et plusieurs éditeurs se lancent à sa suite dans la production d'estampes de style Shin hanga. 
 
III Le mouvement Shin hanga 
Le mouvement Shin hanga prospère de 1915 à 1942 puis, de nouveau, à partir de 1946 jusque dans les années 60. 
A) les challenges du mouvement Shin hanga


 

Utamaro Kitagawa(1753-1806)
Beauté pelant des prunes


Dans la première moitié du siècle, la production d'estampes, comme tous les arts au Japon, doit faire face à 2 énormes challenges.
Premier challenge : redémarrer après le tremblement de terre de 1923.

Le tremblement de terre de 1923 et l'incendie qui fait rage pendant 3 jours tuent 140 000 personnes et Tokyo est détruite à 70 %. La boutique de Watanabe et ses ateliers sont totalement détruits.

Il recommence à zéro avec ses artistes. Les meilleures estampes sont redessinées et regravées. Les estampes imprimées avant le tremblement de terre sont actuellement les plus chères.

Deuxième challenge : passer le cap de la crise de 1929 puis de la guerre.

La crise de 1929 ralentit énormément la demande des clients occidentaux. 
Puis, pendant la 2ème guerre mondiale, les matériaux deviennent rares et la demande fléchit à nouveau. L'image négative donnée par le Japon à cause de son attitude politique et militaire agressive ne fait qu'aggraver le problème.

Watanabe décide alors de développer la demande intérieure. 
Toujours dans la veine de son génie entrepreneurial, il teste de nouvelles techniques de promotion. Il organise, par exemple, des expositions dans les grands magasins.
Organiser des expositions d'œuvres d'art dans les grands magasins deviendra une pratique courante au Japon tout en restant longtemps inimaginable en Europe et aux U.S.A.
B) L'estampe Shin hanga après la mort de Watanabe

Après la guerre, les affaires reprennent normalement mais beaucoup d'artistes sont décédés ou ont pris leur retraite. 
Avec la mort de Shozaburo Watanabe en 1962, le Shin hanga disparaît en tant que mouvement artistique mais ses ateliers continuent à produire grâce à son fils et son petit-fils Shoichiro. 


Shiro Kasamatsu (1898-1992)< 
La lune au Temple Engaku 1953



La société d'édition Watanabe et sa galerie sont toujours en activité à Tokyo. Elles sont situées dans le quartier de Ginza et dirigées par le 
petit-fils du fondateur, Shoichiro Watanabe . La plupart des estampes vendues sur ce site sont réalisées sous la direction de Shoichiro.
Artmemo a l'honneur de représenter pour la France l'éditeur
Shoichiro Watanabe .
Il est à noter que Watanabe est l'éditeur le plus important mais qu'il a eu desconcurrents brillants, tel Unsodo à Kyoto ou Doi Teiichi et son fils Eiichi. 
Actuellement, le Shin hanga reste une référence dans le monde entier commesource d'influence pour les artistes contemporains qui dessinent pour la gravure sur bois.


C) Les grands artistes de l'estampe Shin-Hanga

Les japonais : Hasui Kawase, Shiro Kasamatsu, Goyo Hashiguchi,
Ito Shinshui, Hiroshi Yoshida, Toshi Yoshida, Koitsu Ishiwata, Koitsu Tsuchiya, Hiroaki Takahashi, Natori Shunsen…
Voir biographie d'Hasui Kawase
Voir biographie de Shiro Kasamatsu
Voir estampes d'Hasui Kawase en vente
Voir estampes de Shiro Kasamatsu en vente

Les occidentaux
Ils ont voyagé au Japon à la grande époque de production du mouvement Shin hanga et ont dessiné des estampes pour Watanabe : Fritz Capelari (autrichien), Elisabeth Keith (écossaise), Charles W. Bartlett (anglais)...

Les artistes actuels influencés par ce mouvement : Katsuyuki Nishijima, Tomikichiro Tokuriki, Paul Binnie (écossais), Clifton Karhu (américain)…
Voir exposition d'oeuvres des artistes Shin-Hanga
Bettina Vannier ©


SOURCE ARTMEMO.FR

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

L'écho de l'ego (Rediffusion)

Rediffusion des articles les plus populaires, durant les vacances 2016 (première parution 16 062011)   Article provenant du site" Dojo Zen Sôtô Brive" L'écho de l'ego   Supposons qu'un bateau traverse la rivière et qu’un autre bateau, vide celui-là, risque d'entrer en collision avec lui. Même un homme au tempérament irritable garderait son sang-froid. Supposons maintenant qu'il y ait eu quelqu'un à bord du second bateau. L'occupant du premier bateau lu...

Lire cet article

Arrêter de souffler

Rediffusion des articles les plus populaires, durant les vacances 2017 (première parution 25 05 2011) Article de Frank Noel  paru sur le site DOJO de la Roseraie Dans les milieux des chroniqueurs de Jazz, circule une anecdote . A l'époque, John Coltrane jouait dans la formation de Miles Davis et, malgré la notoriété déjà plus affirmée de ce dernier, une certaine rivalité entachait les relations entre les deux hommes dont la sensibilité musicale était, par ailleurs, assez contrastée. Un soir,...

Lire cet article

L'Aïkido et l'inutile (Rediffusion)

Rediffusion des articles les plus populaires, durant les vacances 2017 (première parution 09 05 2011) Article de Philippe Gouttard publié le 19 Avril 2011 sur le site :  aikido-gouttard.com  L'aikido et l'inutile   Qu’entendons-nous par gestes inutiles ? Ce sont toutes les situations ou réalisations qui dès le départ de l’action sont vouées à l’échec. Prenons comme exemple les attaques frappées. Jamais, au cours de notre pratique, nous avons vu un p...

Lire cet article

L'écho de l'ego (Rediffusion)

Rediffusion des articles les plus populaires, durant les vacances 2016 (première parution 16 062011)   Article provenant du site" Dojo Zen Sôtô Brive" L'écho de l'ego   Supposons qu'un bateau traverse la rivière et qu’un autre bateau, vide celui-là, risque d'entrer en collision avec lui. Même un homme au tempérament irritable garderait son sang-froid. Supposons maintenant qu'il y ait eu quelqu'un à bord du second bateau. L'occupant du premier bateau lu...

Lire cet article

Lexique du Kendo (Rediffusion)

Rediffusion des articles les plus populaires, durant les vacances 2016 (première parution 20 04 2011) Article provenant du site Kendo club des Pyrénées A * AI KAKARI GEIKO : Exercice physiquement très éprouvant, du KAKARI GEIKO exécuté simultanément par deux Kendoka. * AI UCHI :Action où les deux Kendoka marquent un point simultanément. En compétition, aucun point n'est validé. * AITE : Littéralement: l'autre. C'est en Kendo le partenaire, l'adversaire. * ANZA :Position...

Lire cet article

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Créer un site
Créer un site